Les réactions à son histoire de soucoupes volantes font frissonner l'homme d'affaires de l'Idaho

Montana Standard Butte, samedi 28 juin 1947 "NARA-PBB1", Project Blue Book Archive, p. 587

Home
L'article d'origine
L'article d'origine

Pendleton (Oregon), 27 juin — (U.P.) — Kenneth Arnold a indiqué vendredi qu'il aimerai aller sur l'une de ses "soucoupes volantes" à 1200-miles-à-l'heure et s'échapper de la fureur provoquée par son histoire d'appareils mystérieux au-dessus du sud de Washington.

Je n'ai pas eu un moment de paix depuis que j'ai raconté l'histoire pour la 1ère fois, a soupiré le pilote homme d'affaires de 32 ans de Boise (Idaho).

Il a indiqué qu'un prêtre l'avait appelé du Texas et informé que les étranges objets Arnold déclarait avoir vu batting à travers l'ozone étaient en fait annonciateurs du jugement dernier.

Arnold dit qu'il n'avait pas pris le nom du prêcheur lors de la conversation téléphonique, mais le ministre dit qu'il tenait ses horloges prêtes pour la fin de ce monde.

Ce fut énervant, selon Arnold, mais ce n'était pas la moitié d'être aussi déconcertant que l'épisode dans un café de Pendleton.

Arnold dit qu'une femme se rua à l'intérieur, lui jetta un oeil puis fonça dehors criant il y a l'homme qui a vu les hommes de Mars. Elle se rua hors du restaurant sanglotant qu'elle devrait faire quelque chose pour les enfants, ajouta Arnold avec un frisson.

Arnold, représentant d'une compagnie d'équipement de lutte contre le feu, a effaré le pays jeudi en rapportant avoir vu 9 objets ronds brillants écrémer les airs en formation entre le Mont Rainier (Washington) et le Mont Adams. Arnold dit qu'il fut capable de les chronométrer avec le chronomètre de son propre panneau d'instruments. Il dit qu'ils were spinning off a neat 1200 miles/h.

"This whole thing has gotten out of hand," Arnold went on. "I want to talk to the FBI or someone.

"Half the people I see look at me as a combination Einstein, Flash Gordon and Screwball. I wonder what my wife back Idaho thinks."

But all the hoopla and hysterics haven't caused Arnold to change his mind or back down. He doesn't care if the experts laugh him off. He said most of his aviator friends tell him that what he saw were probably either one of two things: New planes or guided missiles still in the U. S. Army Air forces' secret category. Some theorized they were experimental equipment of another nation, probably Russia.

"Most people," he said, "tell me I'm right."

But meanwhile, aeronautical experts in Washington and elsewhere were teeing off on Arnold's story with facts and figures straight out of the books.

Their principal point seemed to be that if Arnold's saucers moved as fast as he claimed, they couldn't have been tracked with anything short of radar.

The fastest man has yet flown 647 miles per hour—a record set recently by Col. Albert Boyd in a P-80.

Home