Groupe d'Etude des Phénomène Aériens, association privée d'étude des ovnis, composé de scientifiques et militaires.

Le GEPA est l'une des premières associations ufologiques françaises, fondée en par :

Toute la vie du GEPA s'organise chez les Fouéré. Un 2nd appartement est loué sur le palier, où la documentation s'est longtemps accumulée, impressionnante.

Le GEPA change l'image peu reluisante des "soucoupistes" : la qualité de ses comptes-rendus d'enquête attire l'attention de scientifiques, dont certains mèlent leur signature aux correspondants de la revue. On trouve parmi eux Claude Poher, Jean-Pierre Petit, Jean Goupil ou Guérin. Dans les années 1970s, l'ufologie connaît un essort en France : l'Aéronautique Militaire arrive à la conclusion que les ovnis ne représentent pas un problème militaire mais scientifique, et transmet des copies de tous les témoignages recueillis par le GEPA.

Pendant 14 ans, le GEPA édite 51 numéros du bulletin Phénomènes Spatiaux et 2 Hors-Séries (dans le 1er le professeur James E. McDonald démontre, preuves à l'appui, la réalité du problème et s'étonne du silence des journaux).

69 rue Tombe-Issoire
75014 Paris

Des réunions publiques mensuelles sont aussi organisées d'octobre à mai dans la salle du Musée Social 5 rue de Las-Cases, à Paris 7e .

En le GEPA met fin à ses activités avec la création du groupe officiel d'étude des ovnis du CNES : le GEPAN.

Roussel 1994